English | Français

Le stress, la douleur et les troubles idiopathiques

    Le str ess et l'anxiété n'affectent pas seulement la vie quotidienne, ils peuvent également avoir un impact profond sur la santé, en particulier sur diverses douleurs et la plupart des troubles idiopathiques.

Plusieurs études ont trouvé des liens directes entre le stress, l’anxiété, la douleur et plusieurs troubles idiopathiques. Les douleurs au dos, à la poitrine, aux épaules et au cou, raideur, tension, pression, courbatures, spasmes, immobilité, tremblements ou gêne, pulsations ou pulsations, maux de tête fréquents et migraines sont les manifestations les plus connues du stress, de l'anxiété et d'autres émotions négatives dans votre corps.

Cependant, il est bon de savoir que le stress et l'anxiété ne sont pas des concepts normatifs ni des maladies en soi. Bien que le stress et anxiété soient réels, aucun test de laboratoire n'est disponible pour les confirmer ou les mesurer. Pourtant, puisqu’ils sont bel et bien ressentis, ceux qui en sont affectés sont les mieux placés pour témoigner de leur présence et évaluer leur intensité.

Lorsque le stress et l'anxiété deviennent très intenses ou chroniques, ils finissent invariablement par avoir un impact négatif sur la santé. Puisque le système nerveux module les fonctions physiologiques et que le cerveau prend en compte l'état émotionnel dans tout ce qu'il fait, les émotions fortes finissent toujours par avoir un impact non seulement sur l'état d'âme mais aussi sur l'étiopathogénie de toutes sortes de diverses douleurs et des troubles idiopathiques.

Les émotions ne sont pas que des états mentaux ou des sensations corporelles. La perception contemporaine des émotions veut que les émotions soient vécues à plusieurs niveaux étroitement liés : au niveau mental ou psychologique, au niveau physiologique (ce qu’on appelle « la chimie du corps »), au niveau somatique (ce qui a trait aux sensations émotionnelles corporelles) et au niveau comportemental. Ces aspects complémentaires sont présents dans toutes les émotions humaines, même dans les plus élémentaires que sont le stress, la peur et l'anxiété.

L'étude scientifique des émotions et des changements corporels qui accompagnent une expérience émotionnelle est connue sous le nom de médecine psychosomatique et marque une ère relativement nouvelle en médecine. La médecine psychosomatique s’érige sur le fait scientifiquement prouvé que l'esprit et le corps sont des aspects intégraux de toute fonction du corps humain. Le terme « trouble psychosomatique » est utilisé pour désigner une maladie physique (somatique), que l'on pense être aggravée, déclenchée ou causée par des facteurs émotionnels. Dans une certaine mesure, la plupart des maladies sont considérées comme psychosomatiques.

Le stress déclenche la réponse au stress qui vous rend tendus et plus résilient afin de combattre ou de fuir un danger. Le stress et l'anxiété créent également une cascade de changements chimiques dans votre corps, qui à leur tour, conduisent à une tension musculaire, et souvent à des spasmes musculaires et des douleurs au dos, aux épaules et au cou. Ainsi, le stress et les douleurs musculo-squelettiques créent un cercle vicieux. Plus l'intensité de la réponse au stress est grande, plus les muscles sont susceptibles de devenir tendus et douloureux.

Tout muscle, ou groupe de muscles peut souffrir des conséquences du stress et de l'anxiété, particulièrement celles du cou, des épaules, de la partie supérieure, du milieu et du bas du dos. Les muscles deviennent tendus, en particulier au niveau des tendons où ils rejoignent l'os à l'arrière du crâne, ce qui entraîne des douleurs dans les épaules et un cou douloureux. Si le stress persiste, les muscles peuvent devenir si tendus que la douleur chronique et la raideur risquent de s'ensuivre. S'ils restent dans cet état de tension pendant un certain temps, les muscles sont plus susceptibles aux spasmes et à d'autres tensions, ce qui va exacerber les faiblesses déjà existantes.

Comme vous le savez déjà, plutôt que d'observer passivement ce qui vous arrive, votre subconscient est en fait responsable du bon fonctionnement de votre mental et de votre corps par l’entremise de mécanismes de régulation du système nerveux autonome. Lorsque vous vous sentez en sécurité et détendu, la branche sympathique du système nerveux autonome prend soin à ce que votre corps soit nourri, entretenu et guéri et votre énergie, restaurée. Chaque fois que vous faites face à une menace, c’est la branche parasympathique du système nerveux autonome qui entre en jeu. Sa réponse au stress mobilise toutes vos ressources pour vous aider à survivre, soit en combattant ou en fuyant la menace.

Lorsque la réponse à un stress intense mobilise toutes vos ressources pour vous permettre de survivre, les fonctions nourrissantes, d'entretien et d'autoréparation de votre corps subissent un arrêt brutal. Malheureusement, le subconscient ne fait de différence entre une menace réelle ou imaginaire et, au fil du temps, lorsque cette réponse au stress est déclenchée de façon répétitive par des menaces irréelles, la réponse biologique naturelle au stress finit par faire plus de mal que de bien.

À long terme, si votre corps ne peut correctement se nourrir, se reposer, s’entretenir et se réparer, les effets de l’usure chronique ne vont pas tarder à paraître et vous finirez par tomber mentalement et physiquement malade. C’est ainsi qu’en libérant le stress et l’anxiété votre corps créera une boucle de rétroaction positive dans le système nerveux autonome, rétroaction qui peut rééquilibrer les branches sympathique et parasympathique et conduire à des améliorations significatives des symptômes de maladies auto-immunes. Le degré d'amélioration que vous pouvez raisonnablement espérer en soulageant votre stress et votre anxiété chroniques dépend de la mesure dans laquelle votre état émotionnel affecte vos problèmes de santé.

Lorsqu'il s'agit d'un os fracturé, l'approche médicale standard cherche à aligner et à immobiliser l'os avant de le laisser guérir. Cette approche ancestrale fonctionne peu importe l’os duquel il s’agit et la situation dans laquelle il a été endommagé. Lorsqu’il est question de stress et d’anxiété, par contre, il n'existe pas d'approche unique. C’est pourquoi la psychiatrie, la psychothérapie, l’hypnothérapie, la programmation neuro-linguistique, l'EFT, l'art thérapie, la méditation pleine conscience, la thérapie crânio-sacrale, le yoga, la couverture gravitationnelle, des mini-chevaux et de nombreuses autres approches fondées sur des modèles très contradictoires et pourtant scientifiques constituent autant d'approches disponibles pour résoudre les problèmes émotionnels.

Quand le stress et l'anxiété deviennent chroniques, très intenses ou répétitifs, ils peuvent entraîner divers troubles émotionnels et même des maladies psychiatriques et somatiques. Selon l'American Psychosomatic Society, « il n'existe pas de maladie psychosomatique puisqu’absolument toutes les maladies peuvent être regardées de ce point de vue ».

Le stress constitue un facteur de risque qui peut aggraver la fréquence et l’intensité des symptômes de la plupart des problèmes de santé. Les suivantes douleurs et troubles idiopathiques peuvent être aggravées, déclenchées ou même causées par l’anxiété et le stress.

Les Acouphènes (bourdonnements dans les oreilles), le stress et l'anxiété: "Cette nouvelle recherche a constaté que beaucoup de gens signalent l'apparition de bourdonnements dans les oreilles (acouphènes) après avoir vécu un épisode de stress ou d'anxiété. Donc, le stress élevé semble être une cause fréquente de bourdonnements dans les oreilles. Et cela est logique, étant donné que le stress chronique augmente l'activité électrique dans l'amygdale, qui est impliquée dans le traitement de l'information auditive. Il va donc de soi que l'anxiété et le stress chronique peuvent provoquer de bourdonnements dans les oreilles, car le stress chronique affecte négativement le fonctionnement neuronale et l'activité électrique dans le cerveau."

Céphalée Aiguë  "On pense généralement que le stress et la tension émotionnelle précipitent l’apparition de la Céphalée Aiguë."

Douleurs cervicales "En outre, le stress crée aussi des douleurs au cou et à l’épaule. Ces douleurs dites cervicales se manifestent notamment par une sévère raideur de la nuque et de l’épaule."

Douleurs épaules, mal de dos "Un livre provocateur suggère que ce ne sont pas les problèmes physiques qui causent le mal de dos, mais surtout la tension émotionnelle. Le stress peut provenir de plusieurs aspects de la vie, soit conflits familiaux, stress au travail, ou même des attentes irréalistes de nous-mêmes. Ce stress émotionnel se manifeste sous forme de tension physique douloureuse - le plus souvent dans les tissus mous du cou, des épaules, dans le haut de l'omoplate, le bas du dos et à l'extérieur des fesses. C'est le résultat d'une lente accumulation de l'anxiété et du stress qui peut causer des resserrements dans les muscles, les nerfs, les tendons et les ligaments et limiter ainsi l'apport d'oxygène et de sang. Privés d'oxygène, les muscles peuvent accumuler de l'acide lactique, accumulation qui peut se traduire par des douleurs, par des spasmes, des picotements ou des engourdissements."

Mal de Dos "Le stress professionnel pèse lourd dans le déclenchement du mal de dos : une mauvaise ambiance au travail, les rapports conflictuels, un manque de considération, la non reconnaissance du travail ou encore la pression managerielle. Le stress excessif, l’anxiété, les émotions désagréables, l’insatisfaction, le surmenage, les troubles du sommeil, la fatigue et bien sûr la dépression sont autant de facteurs qui abaissent le seuil de tolérance à la douleur et amplifient la sensation de douleur."

Mal de Dos "Les maux de dos peuvent être liés au stress. L'anxiété et le stress provoquent des maux de dos, de la raideur, la tension, la pression, des spasmes musculaires ou l'immobilité dans le dos. Lorsque les muscles se resserrent, ils resserrent les vaisseaux sanguins et réduisent ainsi le flux sanguin, ce que provoque des douleurs."

La dégénérescence des disques intervertébraux induite par le stress: La dégénérescence des disques intervertébraux (DDI) est un processus pathologique qui est la cause principale de la lombalgie et qui est potentiellement favorisée par un disfonctionnement du mécanisme de défense contre le stress. Le stress peut induire une dégénérescence discale intervertébrale en favorisant l'apoptose cellulaire et la dégradation de la matrice extracellulaire. Par conséquent, la suppression de Sestrins induite par le stress pourrait servir de mécanisme d'homéostasie cellulaire dans le processus de dégénérescence discale intervertébrale.

Douleurs Intercostales  "Le stress peut également entraîner des douleurs intercostales qui sont des douleurs localisées à la paroi du thorax et habituellement en rapport avec les nerfs intercostaux."

La Dystonie "est un trouble qui provoque des mouvements involontaires prolongés, des contractions musculaires entraînant la torsion du corps, des tremblements, etc. La dystonie peut survenir à la suite de difficultés émotionnelles ou suite a un stress intense ou prolongé."

Syndrome de Fatigue Chronique (SFC) "La cause de SFC est inconnue. Une grande partie de cas sont déclenchés par une infection et certaines par un traumatisme. Le stress est également présent dans l'apparition de presque tous les cas de SCF. Tant que SFC se manifeste avec une grande variété de symptômes et avec une large gamme de sévérités, certains chercheurs suggèrent que le SFC peut révéler de nombreuses maladies."

Les Maux de Tête et les Migraines  "Différents facteurs sont susceptibles de déclencher une migraine; la mauvaise nourriture,  les stimuli environnementaux, les activités, les émotions déplaisantes, le stress, la colère, un état dépressif, l’anxiété et toute excitation soudaine"

Le lien entre le stress et la migraine: "Des recherches ont suggéré que le stress peut être un précurseur dans 62 à 80% des crises de migraine. D'autres études ont montré qu'au moins trois patients sur quatre qui souffre de migraine croient que le stress a agi comme un catalyseur direct des leurs attaques de migraine. Ceux qui souffrent de migraine chronique ont également signalé des niveaux plus élevés de stress, avec des recherches montrant que l'anxiété pendant les jours précurseur à une crise de migraine joue un rôle important. Étonnamment, le stress peut effectivement provoquer une migraine chez certains patients présentant un risque plus élevé de céphalées. En outre, le stress peut aggraver la migraine au fil du temps pour ceux qui ont des crises épisodiques et finalement conduire à une augmentation de la chronicité."

L'impact du stress sur les migraines: "Un événement stressant majeur - comme la mort ou le divorce- peut causer la première crise de migraine. Le stress peut déclencher des crises de migraine. Dans certains cas, le stress aggrave une crise de migraine. Certaines personnes souffrant de migraine disent que le stress fait durer les crises de migraine plus longtemps. Le stress peut causer des crises de migraine plus fréquentes. Le stress peut causer une migraine après la fin de la situation stressante, qui survient après la libération soudaine de tension - parfois appelée «migraines de fin de semaine»"

L'étourdissement et les vertiges liés à l'anxiété et le stress : "Le stress et l'anxiété peuvent jouer un rôle dans l'apparition des étourdissements ou bien peuvent être des facteurs contributifs aggravants dans le vertige relie à d'autres causes, notamment les maladies de l'oreille interne."

Les changements épigénétiques dus à l'exposition au stress peuvent être transmis du parent traumatisé à sa progéniture : "Les enfants de personnes traumatisées ont longtemps été connus pour être à risque accru de développer le syndrome de stress post-traumatique (PTSD) et les troubles anxieux. L'un des groupes les plus étudiés à cet égard est celui d'enfants de survivants de camps de concentration nazis. Il a de plus en plus de preuves que les survivants des camps de concentration et leurs enfants pourraient montrer des changements permanents dues à la régulation épigénétique de gènes. Les enfants de parents traumatisés ne sont pas simplement nés avec une biologie qui les prédispose au PTSD; ils peuvent hériter des traits qui favorisent la résilience ainsi que la vulnérabilité émotionnelle. Cette étude soulève des questions importantes sur la transmission intergénérationnelle des traits de personnalité des parents traumatisés à leurs enfants.

Migraines abdominales chez les enfants "Il existent deux catégories de douleurs abdominales chez l'enfant : celles dites organiques et celles dites fonctionnelles et dont la cause ne peut être identifiée ou confirmée par des examens. Les douleurs abdominales fonctionnelles peuvent être déclenchées par le stress ou l'anxiété."

Les douleurs menstruelles (Dysménorrhée) "Les douleurs menstruelles (dysménorrhée) peuvent dépendre de divers facteurs qui ne sont pas seulement physiques, mais aussi psychologiques. Ainsi, le stress et l’anxiété peuvent causer et / ou aggraver les douleurs menstruelles"

Syndrome Prémenstruel (SPM) "La diminution du stress est une bonne façon de maîtriser le syndrome prémenstruel. En effet, le stress a une influence sur les concentrations hormonales de votre corps et on croit que celles-ci sont un facteur déterminant du SPM. Vous pouvez donc évaluer les sources potentielles de stress dans votre vie : travail, santé, finances, amitiés, amours, solitude, enfants, temps, etc. et faire de quoi pour les diminuer."

Le syndrome de douleur myofasciale "Les facteurs qui peuvent déclencher le syndrome de la douleur myofasciale peuvent inclure les lésions musculaires, le mode de vie, le stress et l’anxiété. Certains chercheurs ont suggéré que la douleur, la crispation ou le resserrement des muscles faciaux sont toujours associés au stress."

Comment le stress peut-il ruiner vos dents : "Serrer ou grincer les dents est un problème dentaire commun qui peut être lié au stress et il peut causer des maux de tête, des dents ébréchées ou aplaties, et des muscles de la mâchoire serrés.»

La prostatite chronique et le syndrome de la douleur pelvienne chronique. "Le stress, l'anxiété et les traumatismes émotionnels peuvent être des facteurs causaux importants dans la prostatite chronique et le syndrome de la douleur pelvienne chronique. Quand un homme subit du stress, d'anxiété ou des traumatismes émotionnels, son niveau de prolactine peut augmenter, ce qui peut entraîner des dommages au système immunitaire et provoquer des inflammations. Cela peut aussi provoquer un déséquilibre dans le système neuro-endocrinien, entraînant des douleurs chroniques. La tension provoquée par le stress et par l'anxiété prolongée peut entraîner un trouble de tension chronique, un trouble de la tension neuromusculaire et d'autres troubles du plancher pelvien, tout ce qui peut causer des douleurs pelviennes et parfois des troubles urinaires, sexuels ou intestinaux."

Plusieurs parties du corps sont souvent endolories par le stress :  "Des études ont trouvé que ceux qui éprouvent du stress et de l'anxiété, ont tendance a tensionner leurs muscles, ce que risque de causer avec le temps de la fatigue et des crampes. L'influence du stress sur la santé se traduit par plusieurs effets indésirables qui peuvent se ressentie bien au-delà des maux de tête ou du syndrome du côlon irritable (SCI). Des études ont montré que la douleur chronique pourrait non seulement être causée par des blessures physiques, mais aussi par le stress et les problèmes émotionnels. Souvent, la douleur physique nous avertit qu'il y a encore du cheminement à faire pour guérir de problèmes émotionnels non résolus."

Le stress dans la salle de classe peut être aussi contagieux que la grippe: "Le stress, paraît-il, est contagieux dans la salle de classe et il est particulièrement virulent lors de son transfert entre les enseignants et les étudiants. Cette théorie de la contagion du stress postule que tandis que les émotions humaines peuvent sembler être personnelles et généré par nous-même, nous sommes en fait biologiquement sensible à l'état émotionnel de ceux qui nous entourent. Lorsque l'état d'esprit dominant de l'environnement est négatif, notre corps a tendance à réagir en libérant des hormones qui nous font ressentir a notre tour des émotions négatives. Le phénomène a déjà été observé se produisant entre les mères et leurs nourrissons et entre les partenaires romantiques." 

Les étourdissements sont souvent associés au stress et à l'anxiété.  "À mesure que le stress augmente, cela peut entraîner des changements de la fréquence respiratoire, ce qui peut à son tour modifier les niveaux de CO2 dans le sang. Ce n'est pas dangereux mais peut provoquer des symptômes physiques comme des vertiges. En outre, la réponse du corps au stress implique la libération d'hormones de stress. Ces hormones entraînent divers changements dans le corps qui améliorent notre capacité à faire face à une menace immédiate (fuite ou combat - la réponse «combat ou fuite»). Une telle réponse faite que le sang est redirigé vers les zones qui en ont besoin pour «combattre ou fuir» - le sang a tendance à être redirigé de la tête vers les membres et cela peut conduire à des vertiges."

Quelle que soit la nature de vos problèmes, surtout ne leur permettez pas de gâcher votre vie.

Le principe « pas de résultat – pas de paiement » s'applique à toutes mes thérapies.

Contactez-moi pour prendre rendez-vous, dès aujourd'hui ! 

Avertissement : Le contenu ci-dessus est offert uniquement à titre d'information générale et ne fournit aucun conseil psychologique ou médical. Je ne pose aucun diagnostic, je n'influence aucunement vos choix thérapeutiques et je n'interfère d’aucune façon avec les traitements déjà en cours.

Si vous êtes déjà suivi par un médecin ou sous traitement médical, suivez les conseils et le traitement recommandés par votre médecin. Pour toute urgence médicale, appelez le service Info-Santé en composant le 8-1-1

* Les résultats peuvent varier d'une personne à l'autre.

Hypnothérapie Somatique - 186 Sutton Pl, suite 104, Beaconsfield, Montréal, Qc