English | Français

Mauvaises habitudes,  dépendances liés au stress et à l'anxiété

      Le comportement humain est complexe et multifactoriel déterminé comme une interaction entre les réflexes, les pensées intentionnelles, les ressentis (à la fois somatiques et émotionnels) et l'équilibre hormonal et chimique - en particulier celui du cerveau.

Tant qu'ils peuvent se concentrer mentalement, les gens ont une tendance naturelle à la pensée rationnelle, exploratoire et créative, tout comme ils ont naturellement tendance à faire confiance et à suivre leurs pensées intentionnelles. Par conséquent, tout ce que vous pensez ou faites parce que vous voulez vraiment penser ou faire ne me regarde pas.

Je ne porte aucun jugement moral, éthique ou esthétique sur la vie des gens. Ma mission est de vous aider lorsque vous vous trouvez pris dans des pensées, des sentiments et des comportements négatifs qui vont à l'encontre de votre volonté. Dès qu'ils surviennent, les ressentis somatiques (douleurs, brûlures, etc.) ou émotionnels intenses perturberont le flux de votre processus de pensée intentionnelle rationnelle et prendront très probablement le dessus sur vos pensées.

C'est ainsi que vous vous retrouvez à ruminer des pensées négatives, infondées ou carrément absurdes, et que vous vous retrouvez souvent submergé par des pensées intrusives. Et ainsi vous pouvez facilement sombrer dans un cercle vicieux où vos pensées négatives déclencheront des sentiments encore plus désagréables qui modifieront vos décisions, contrôleront votre vie, empoisonneront votre existence et vous pousseront au désespoir.

Lorsque vous vivez une situation dangereuse qui vous fait peur, votre corps libère un cocktail d'hormones qui accélèrent votre rythme cardiaque et provoquent de nombreux autres symptômes somatiques (physiques). Bien que ces réponses naturelles puissent être utiles dans une situation vraiment dangereuse de la vie réelle, lorsque les dangers sont imaginaires - tels que le stress et l'anxiété - les sentiments de peur que vous eprouvez peuvent avoir un impact négatif sur votre bien-être. Lorsque vos traumatismes, votre stress, votre anxiété ou d'autres ressentis émotionnels sont très intenses ou chroniques, ils peuvent influencer ou même contrôler votre comportement.

Cependant, il est bon de savoir que le stress et l’anxiété ne sont pas des concepts normatifs, ni des maladies en soi. Bien que votre stress et votre anxiété soient de véritables expériences émotionnelles, et non des choses que vous inventez, il n'existe aucun test de laboratoire standard disponible pour les confirmer ou les mesurer. Pourtant, vous les ressentez à l'intérieur de vous. Vous êtes donc le mieux placé pour évaluer si vous vous sentez stressé et anxieux ou non.

Les émotions ne sont pas que des états mentaux ou des sensations corporelles. La perception contemporaine des émotions est que les émotions sont vécues à quatre niveaux différents mais étroitement liés : au niveau mental ou psychologique, au niveau physiologique (ce qu’on appelle « la chimie du corps »), au niveau somatique (ce qui a trait aux sensations émotionnelles corporelles) et au niveau comportemental. Ces aspects complémentaires sont présents dans toutes les émotions humaines, même dans les plus élémentaires que sont le stress, la peur et l'anxiété.

Les changements neuromodulateurs qui se produisent pendant le stress intense, l'anxiété ou d'autres sentiments accablants perturbent rapidement les connexions du réseau du cortex préfrontal (CPF) et altèrent le fonctionnement du CPF. Ainsi, les émotions intenses n'affectent pas seulement la façon dont nous nous sentons, elles peuvent également avoir un impact significatif sur notre façon de penser, notre capacité à prendre des décisions éclairées et nos comportements au quotidien.

La libération d'adrénaline induite par le stress et l'anxiété prépare le corps à faire face aux défis extrêmes de la vie, en provoquant une cascade de changements dans le fonctionnement du cerveau. Le stress et l'anxiété intenses ont un effet sélectif et ciblent spécifiquement l'activité neuronale qui est impliquée dans la prise de décisions. La stimulation excessive des récepteurs dopaminergiques et noradrénergiques induite par un stress et une anxiété élevés peut altérer sélectivement ou désengager une zone neuronale particulière du cortex préfrontal impliqué dans la prise de décision intelligente et la mémoire à court terme.

D'abord, le stress et l’anxiété mènent à de mauvaises décisions. Ensuite, faire face aux mauvaises décisions prises sous l'emprise émotionnelle assomme et engourdit tout le cortex préfrontal. Or, le cortex préfrontal joue un rôle central dans les fonctions de planification à long terme, pensée d'ordre supérieur, compréhension des règles, calcul des conséquences du risque et de la récompense, régulation des émotions, résolution de problèmes et prise de décision selon des règles pertinentes.
Voici donc comment le stress et l'anxiété intenses ou chroniques peuvent conduire à des troubles compulsifs y compris le jeu, la suralimentation, le tabagisme et d'autres mauvaises habitudes.

Comme vous le savez déjà, plutôt que d'observer passivement ce qui vous arrive, votre subconscient est en fait responsable du bon fonctionnement de votre mental et de votre corps par l’entremise de mécanismes de régulation du système nerveux autonome. Lorsque vous vous sentez en sécurité et détendu, la branche parasympathique du système nerveux autonome prend soin à ce que votre corps soit nourri, entretenu et guéri et votre énergie, restaurée. Chaque fois que vous faites face à une menace, la branche sympathique du système nerveux autonome entre en jeu et mobilise vos ressources pour vous aider à survivre - soit en combattant ou en fuyant la menace. Malheureusement, le subconscient ne fait de différence entre une menace réelle ou imaginaire et, au fil du temps, lorsque cette réponse au stress est déclenchée de façon répétitive par des menaces irréelles, la réponse biologique naturelle au stress finit par faire plus de mal que de bien.

À long terme, si votre corps ne peut correctement se nourrir, se reposer, s’entretenir et se réparer, les effets de l’usure chronique ne vont pas tarder à paraître et vous finirez par tomber mentalement et physiquement malade. C’est ainsi qu’en libérant le stress et l’anxiété, votre corps créera une boucle de rétroaction positive dans le système nerveux autonome, rétroaction qui peut rééquilibrer les branches sympathique et parasympathique et conduire à des améliorations significatives des symptômes de maladies auto-immunes. Le degré d'amélioration que vous pouvez raisonnablement espérer en soulageant votre stress et votre anxiété chroniques dépend de la mesure dans laquelle votre état émotionnel affecte vos problèmes de santé.

Lorsqu'il s'agit d'un os fracturé, l'approche médicale standard consiste à aligner et à réunir les parties cassées de l'os et à le laisser guérir, car cette approche ancestrale fonctionne pour tout le monde et à chaque fois. Cependant, quand il s'agit du stress et de l’anxiété, il n'existe pas d'approche unique. C’est pourquoi la psychiatrie, la psychothérapie, l’hypnothérapie, la programmation neuro-linguistique, l'EFT, l'art thérapie, la méditation, la thérapie crânio-sacrale, le yoga, la couverture gravitationnelle, des mini-chevaux et de nombreuses autres approches fondées sur des modèles très contradictoires et pourtant scientifiques, sont autant d'approches disponibles pour résoudre les problèmes émotionnels.

Quand le stress et l'anxiété deviennent chroniques, très intenses ou répétitifs, ils peuvent entraîner divers troubles émotionnels et même des maladies psychiatriques et somatiques. Puisque le système nerveux harmonise les fonctions physiologiques et que le cerveau prend en compte l'état émotionnel dans tout ce qu'il fait, les émotions fortes finissent toujours par avoir un impact non seulement sur l'état d'âme mais aussi sur l'étiopathogénie de toutes sortes de dépendances et troubles de comportement.

Les comportements négatifs les plus connus liés au stress, a l'anxiété et a d'autres ressentis émotionnels accablants comprennent : diverses mauvaises habitudes telles que se ronger les ongles, grincer des dents, serrer la mâchoire, parler à la hâte, mâcher des stylos, taper du pied, peur d'être en public, peur de perdre le contrôle, être dépassé, faire des erreurs, peur de perdre la raison, s'évanouir, devenir fou ou mourir, éviter le contact visuel, l'insomnie, les attaques de panique et l'acquisition de divers comportements addictifs, et de nombreux autres problèmes de comportement.

Le stress et l'anxiété sont des facteurs de risque qui peuvent aggraver la fréquence et l'intensité des symptômes de la plupart des problèmes de santé. Voici quelques-uns des nombreux problèmes de comportement qui peuvent être aggravés, déclenchées ou même causées par le stress et l’anxiété, ou des conditions pour lesquelles vous pouvez être plus à risque si vous êtes exposé à une anxiété et un stress prolongés ou intenses.

L'exposition à des niveaux de stress élevés a un impact important sur votre capacité à penser clairement  «Une étude portant sur plus de 2 000 personnes, pour la plupart âgées d'une quarantaine d'années, a révélé que les participants présentant les niveaux les plus élevés de cortisol, une hormone liée au stress, ont eu de moins bons résultats aux tests de la mémoire, de l'organisation, de la perception visuelle et de l'attention. Lorsque vous êtes stressé, les niveaux de cortisol augmentent et ont un impact sur votre capacité à penser clairement. Le stress quotidien de nos vies peut nuire au cerveau. Des événements stressants et des expériences vécues tout au long de la vie peuvent avoir un impact sur le cerveau des décennies plus tard.»

La Dissociation et la Dépersonnalisation : «La dépersonnalisation et la dissociation font référence à un état onirique lorsqu'une personne se sent déconnectée de son environnement. Les choses peuvent sembler" moins réelles "qu'elles ne devraient l'être. La personne peut avoir l'impression de se regarder de loin. La cause exacte de la dissociation est peu clair, mais il affecte souvent les personnes qui ont vécu un événement potentiellement mortel ou traumatisant, comme la violence extrême, la guerre, un enlèvement ou des abus dans l'enfance. »  

Le stress mène à de mauvaises décisions: «Une étude montre comment la tension émotionnelle altère le fonctionnement du cerveau et nous fait oublier ce qui compte vraiment pour nous. Les chercheurs ont identifié comment le stress affecte une partie du cerveau qui contrôle la prise de décision. Ils ont constaté que le stress pouvait causer une sorte de confusion cognitive entre les bons et les mauvais choix. Le stress chronique peut vous amener à prendre des décisions risquées comme par exemple choisir un emploi avec un bon salaire mais des heures difficiles. L'étude a montré que le stress mène à une sorte de confusion mentale entre les choix qui seront ou ne seront pas gratifiants.»

L'anxiété pourrait être la raison de vos mauvaises décisions : «L'anxiété ne touche pas seulement à la façon dont vous vous sentez - elle peut aussi avoir un impact significatif sur vos comportements quotidiens, y compris votre capacité à prendre des décisions éclairées. Une nouvelle étude de l'Université de Pittsburgh estime que l'anxiété désengage le cortex pré-frontal, une région du cerveau essentielle dans la prise de décision, ainsi que dans l'attention et la réflexion concentrée. Voici donc comment l'anxiété peut affecter votre vie de tous les jours, y compris votre capacité à prendre les bons décision.»

Comment le stress affecte la prise de décision : « Lorsque nous sommes stressés et que nous percevons une menace, une partie du cerveau appelée système limbique prend le relais. Il contrôle les réponses comportementales et émotionnelles liées à notre survie, y compris la réaction de combat ou de fuite. Comme En conséquence, le cortex préfrontal, qui s'occupe de tâches cognitives complexes comme le raisonnement et la prise de décision, est écarté. "Le système limbique est la première partie du cerveau qui se développe in utero, et il est câblé pour la survie", explique Emi Golding, directrice de la psychologie au Workplace Mental Health Institute. "Il est là pour nous maintenir en vie, il s'en fiche sur le bien-être et ce n'est pas câblé pour une prise de décision complexe."

Le stress fait beaucoup de choses, vous rendre égoïste en fait partie : « Le stress peut vous rendre égoïste. Cela peut aussi vous rendre égoïste et méchant, selon une nouvelle étude menée par le département de psychologie de l'Université Queen's, au Canada. "Nous savons tous que le stress provoque des douleurs, des troubles du sommeil, des maux de tête, des problèmes digestifs, de l'épuisement mental, entre autres, mais que le stress a la propension à vous faire maltraiter les gens, on en parle à peine. Lorsque de telles choses sont balayées sous le tapis, elles deviennent des monstres qui viennent nous hanter à l'avenir », explique le Dr Anjali Chhabria, psychiatre basé à Mumbai.

Anxiété infantile liée aux absences scolaires «Une étude suggère que les enfants ayant des problèmes d'assiduité scolaire ou d'absentéisme pourraient souffrir d'anxiété. Les problèmes physiques chroniques tels que l'asthme et le diabète ont longtemps été associés à un risque accru d'absence à l'école, à de mauvaises notes et à de mauvais résultats aux tests, et à une probabilité plus faible d'obtenir un diplôme universitaire ou un emploi bien rémunéré. Nous avons été surpris de trouver des preuves que l’anxiété est associée à des absences non motivées, ou absentéisme, ce qui est souvent supposé être lié à des difficultés de comportement plutôt qu’à des difficultés émotionnelles comme l’anxiété ou la dépression, ainsi que des absences autorisées », a déclaré Finning par courrier électronique. Une mauvaise fréquentation pourrait être un signe d'anxiété, quel que soit le type d'absence.»  

Le stress extrême pendant l'enfance peut nuire à l'apprentissage social pour les années à venir. «Des recherches sur les conséquences du stress de la vie précoce et de la maltraitance des enfants montrent que ces enfants seront plus susceptibles de développer une multitude de problèmes de santé mentale et sociale. Les adolescents et les adultes qui ont connu une adversité précoce comme la violence, la négligence ou la privation extrême sont plus susceptibles d'être socialement isolés, de passer du temps en prison et de développer des troubles psychologiques, y compris l'anxiété et la dépression. Les psychologues savent que le stress de la vie précoce affecte la capacité des gens à contrôler ou réguler leurs émotions et les régions du cerveau qui soutiennent ces compétences. Par exemple, les enfants qui ont éprouvé beaucoup de stress pendant leur enfance semblent avoir plus de difficulté à contenir des émotions négatives comme la colère ou l'anxiété.»

Le lien entre le stress et le trouble bipolaire: «Le stress a un tel impact sur notre cerveau, corps et l’esprit qu'il exacerbe les maladies mentales comme le trouble bipolaire. Le stress est un déclencheur important des épisodes de trouble bipolaire. Face au stress chronique, les personnes qui ne sont pas atteintes de trouble bipolaire deviennent irritables, impatientes et de mauvaise humeur, mais pour les personnes atteintes de trouble bipolaire, un stress incontrôlé peut entraîner des symptômes maniaques ou dépressifs dangereux.»

Les Dépendances «Il y a une importante littérature sur l'association significative entre le stress et l'anxiété chroniques  et la tendance à l'abus de substances addictives. Celles-ci vont de modèles psychologiques de la dépendance qui considèrent l'usage de drogues et l'abus comme une stratégie d'adaptation pour faire face au stress, à réduire la tension, à l'automédication, et a diminuer la détresse liée au retrait, aux modèles neurobiologiques qui expliquent comment la neuroadaptations de la récompense, l'apprentissage, et le stress peuvent améliorer l'avidité, la perte de contrôle, et de la contrainte, les éléments clés de la transition de l'utilisation occasionnelle de substances à l'incapacité d'arrêter l'utilisation chronique en dépit des conséquences négatives, une caractéristique clé de la dépendance.»

Le stress chronique, les drogues et la vulnérabilité à la toxicomanie : «Le stress est un facteur de risque bien connu dans le développement de la dépendance et dans la vulnérabilité des rechutes de dépendance. Il existe des preuves considérables à partir d'études cliniques et d'enquêtes sociales qui soutiennent une association positive entre l'adversité psychosociale, la détresse chronique et la vulnérabilité aux dépendances. Les résultats indiquent que le nombre cumulé d'événements stressants prédisait de façon significative la vulnérabilité a la dépendance à l'alcool et aux drogues. La dernière décennie a permis une compréhension des mécanismes sous-jacents à cette association entre le stress et la vulnérabilité à la toxicomanie. Ainsi, des corrélations comportementales et neurobiologiques ont été identifiés et de changements moléculaires et cellulaires associés au stress chronique et à la toxicomanie ont été identifiés.»

Stress et toxicomanie: «Un lien structurel et génétique «Il est généralement admis - et bien étayé par des preuves et des rapports anecdotiques - que la toxicomanie est une stratégie permettant de gérer et de dissiper les sentiments résultant du stress récent et distant. En raison de leurs caractéristiques cellulaires et biochimiques, les changements structurels associés au stress peuvent augmenter la vulnérabilité post-stress à la toxicomanie.»

La relation entre le stress et l'alcool: «Ainsi, être anxieux, déprimé, stressé amènera souvent quelque chose de connu sous le nom « d'urgence négative ». Cela signifie que vous êtes fondamentalement plus susceptible de participer à un comportement comme la consommation de drogue ou la consommation d'alcool lorsque vous êtes dans un état émotionnel négatif.»

Le stress pourrait vous donner envie d'alcool; «Les enfants dont les parents ont des problèmes d'alcool sont plus exposés au risque de se tourner vers l'alcool après avoir vécu des situations stressantes, selon une étude de l'Université de Göteborg.»

Le trouble d'anxiété sociale peut augmenter le risque d'alcoolisme «Une nouvelle étude publiée dans « Depression and Anxiety » indique que, contrairement à d'autres troubles anxieux, le trouble d'anxiété sociale peut avoir un effet direct sur l'alcoolisme. Pour cette étude, les chercheurs ont évalué l’alcoolisme, le trouble d’anxiété sociale, le trouble anxieux généralisé, le trouble panique, l’agoraphobie et des phobies spécifiques au moyen d’entretiens avec 2 801 jumeaux norvégiens adultes. Le trouble d’anxiété sociale était le plus fortement associé à l’alcoolisme, et il prédisait l’alcoolisme au-delà de l’effet des autres troubles anxieux. En outre, le trouble d'anxiété sociale était associé à un risque plus élevé de développer plus tard un alcoolisme, alors que les autres troubles anxieux ne l'étaient pas.»  

L'anxiété sociale et l'abus de substances : «L'anxiété sociale (la phobie sociale), est la peur intense d'interagir avec d'autres personnes qui vous font vous sentir gêné et penser que vous êtes évalué et jugé négativement. Ces peurs sont à la fois déraisonnables et excessives, et elles entraînent chez vous des symptômes physiques et des changements de comportement. Si vous souffrez d'anxiété sociale, vous courez un risque élevé de devenir dépendant des drogues ou de l'alcool en tant qu'instrument pour renforcer votre confiance et vous aider à vous détendre dans des situations sociales. Vous pouvez croire que l'auto-médication vous aide. Cependant, avec le temps, vous pourriez devenir dépendant de votre médicament de choix - ce qui entraîne encore plus de défis.»

Alcool et stress: à risque d'alcoolisme: «Les études et les enquêtes sociales ont montré que les personnes stressées, en particulier celles avec un stress chronique, ont tendance à présenter des comportements plus malsains que les personnes moins stressées. Beaucoup de gens déclarent boire de l'alcool en réponse à divers types de stress, et la quantité de boisson en réponse au stress est souvent liée à la gravité des facteurs de stress de la vie et au manque de réseaux de soutien social.»

Les principales raisons pour lesquelles les adolescents abusent des substances : «Une étude récente du "Partenariat pour une Amérique sans drogue" a démontré que 73% des adolescents rapportent la principale raison pour l'utilisation de drogues est celle de faire face aux pressions et au stress de l'école. Étonnamment, seulement 7% des parents croient que les adolescents pourraient utiliser des drogues pour faire face au stress, montrant que les parents sous-estiment sévèrement l'impact du stress sur la décision de leur adolescence d'utiliser des drogues.»

Le stress et l'anxiété chez les adolescents augmentent la consommation de drogues: «Outre la pression des pairs, le stress et l'anxiété sont parmi les principales causes de l'abus de drogues chez les lycéens et les étudiants. Si vous êtes un étudiant, vous êtes régulièrement sous pression pour terminer des devoirs et prendre des examens pour but d’évaluer vos capacités, votre performance et votre talent. La vie scolaire peut parfois être malheureuse ou vous pouvez avoir trop de pression de vos parents, amis ou commanditaires pour améliorer vos notes. En raison du stress et l'anxiété causés par la quête de meilleures notes, les étudiants peuvent se tourner vers l'alcohol, les drogues illicites comme la cocaïne, la morphine et le pot ou des médicaments prescrits. Beaucoup d'étudiants se tournent vers la drogue comme un moyen d'échapper à une réalité parfois malheureuse.»

La dépendance à la nicotine et la détresse psychologique: «Les chercheurs ont analysé des données provenant de 172,938 répondants adultes et ont observé que les fumeurs et ceux qui tentaient de cesser de fumer avaient des niveaux de détresse psychologique plus élevés que ceux qui n'avaient jamais fumé. Le taux de tabagisme augmente avec la montée de la détresse psychologique (de 17,7% à 41,9%) et les sujets ayant une forte détresse psychologique étaient plus susceptibles d'être des fumeurs. La détresse psychologique englobe la tristesse, la frustration, l'anxiété, le stress et un certain nombre d'autres états d'humeur négatifs comme le désespoir, la nervosité et l'humeur dépressive. La détresse psychologique ressentie pendant le sevrage est largement reconnue comme un prédicteur particulièrement pertinents des chances réelles de succès dans la démarche  de cessation du tabagisme.»

Le taux élevé de stress chez les étudiants liés à des problèmes de santé mentale: «Les données d'un sondage auprès d'un large échantillon d'étudiants américains ont révélé un taux élevé d'expositions multiples au stress parmi cette population, ce qui était fortement lié à un risque accru de tentatives de suicide et de diagnostics de santé mentale.»

Le stress peut causer la dépression; «Une étude de l’Hôpital Johns Hopkins a conclu que le stress à long terme peut affecter la façon dont les gènes contrôlant l'humeur et le comportement, conduisant une personne stressée à un risque plus élevé de dépression. Des tests sur des souris ont montré que le stress entraînait une augmentation d'une protéine produite par un gène appelé Fkbp5, qui chez l'homme a été liée à la dépression et à la maladie bipolaire.»

La Dépression: «Les gens qui souffrent de stress chronique et de l'anxiété peuvent s'exposer à un risque accru de développer une dépression et même la démence, selon une nouvelle étude. Vivre avec l'anxiété, la peur et le stress est considéré comme une partie normale de la vie quand elles sont occasionnelles et temporaires, telles que le sentiment anxieux et le stress d'avant un examen ou une entrevue d'emploi. Cependant, lorsque ces réactions émotionnelles aiguës deviennent plus fréquentes ou chronique, elles peuvent interférer de façon significative avec les activités de la vie quotidienne telles que le travail, l'école et les relations", selon des chercheurs de l'Institut de recherche Rotman à Baycrest sciences de la santé au Canada.»

Trouble bipolaire: «Le trouble bipolaire est une maladie caractérisée par des changements d'humeur extrêmes et des fluctuations dans les niveaux d'énergie et d'activité qui peuvent compliquer la vie de tous les jours. Auparavant connu sous le nom de maniaco-dépressif, c'est une maladie mentale grave qui, si elle n'est pas traitée, peut détruire les relations, compromettre les perspectives de carrière et affecter sérieusement les résultats scolaires. Dans certains cas, cela peut mener au suicide. L'abus, le stress mental, une perte significative ou un autre événement traumatisant peuvent contribuer ou déclencher un trouble bipolaire.»

L'onychophagie  (Ronger les Ongles): «Se ronger les ongles donne la sensation d'apaisement et de réduction de la tension nerveuse dans des situations de stress. Les causes peuvent être variées, pouvant aller d'un stress passager à un état d'anxiété avancée et durable. Les situations d'ennui ou les sentiments d'inconfort personnel, aussi bien physique que psychique, peuvent égallement mener le sujet à se ronger les ongles.»

Les changements dans l'orthophonie / le bégaiement et le stress : «Sous le stress, la voix des gens change. Ils tendent leurs muscles de la parole, augmentent la hauteur de leurs voix. Ils essaient de parler plus vite. Ils répètent des mots ou des phrases. La « sagesse conventionnelle » est que les bègues sont toujours nerveux ou stressés. Pourtant, de nombreuses études psychologiques ont prouvé que ce n'est pas vrai. Cependant, le stress a un rôle important dans le bégaiement. Tous les bègues peuvent parler couramment. Dans des situations détendues et sans stress, ils peuvent dire n'importe quel son ou mot sans bégayer.»

Le Bégaiement  «Les personnes qui bégaient trouvent souvent que le stress et la fatigue font qu'il est plus difficile pour eux de parler fluidement, surtout dans de situations quand il faut parler en public. La plupart des gens qui bégaient trouvent que leur problème s'améliore lorsqu'ils sont détendus.»

Bégaiement - Comment cela commence-t-il ? « Dans la plupart des cas, il est impossible de dire quand un enfant a bégayé pour la première fois. Cependant, la recherche montre que la pression environnementale et la détresse émotionnelle peuvent déclencher un enfant prédisposé au bégaiement. Ces facteurs environnementaux peuvent inclure le déménagement dans un nouveau quartier, des discours familiaux, la perte d'un meilleur ami ou même le harcèlement à l'école.»

Bégaiement - Début du bégaiement à l'âge adulte ; « Le bégaiement chez les adultes est moins fréquent que chez les enfants. Il peut commencer soudainement … après un traumatisme émotionnel ou un stress psychologique – bien que très rare, le bégaiement psychogène survient chez les personnes qui ont subi des revers émotionnels soudains ou un traumatisme psychologique. Le SSPT peut précipiter troubles soudains de la parole chez les adultes qui n'ont pas d'antécédents de bégaiement.»

Anxiété et voix tremblante ; « Peut-être que le problème d'élocution le plus connu est simplement une voix tremblante. Lorsque vous parlez, vous avez l'impression que votre boîte vocale tremble avec le reste de votre corps (et c'est le cas). Cela peut donner l'impression que c'est le cas. craquements ou vibrations, qui sont tous deux un signe pour les autres que vous êtes nerveux.»

Anxiété et faible voix ; « Ceux qui souffrent d'anxiété - en particulier de phobie sociale - constatent souvent qu'ils ont également du mal à s'exprimer en public. Ce type de silence est très courant et, bien qu'il ne s'agisse pas techniquement d'un modèle de discours, il peut rendre toute votre voix et votre façon de parler. sonner différemment des autres. Bien que beaucoup pensent à cela en termes de volume, parler à vos pieds exacerbera également l'effet. »

Anxiété et gorge sèche/perte de voix ; « Certaines personnes trouvent que l'anxiété semble assécher leur gorge ou leur donne l'impression de perdre la voix. Une des raisons possibles est que l'anxiété peut aggraver les symptômes du reflux acide, et les personnes souffrant de reflux acide ont tendance à se réveiller avec un mal de gorge et une perte de voix. L'anxiété augmente également l'activité de votre système nerveux ; lorsque votre réaction de combat ou de fuite est activée, votre bouche produira naturellement moins de salive comme effet secondaire naturel.»

Anxiété & Difficulté à trouver les bons mots ; « Tous les symptômes de l'anxiété ne sont pas tous physiques non plus. Certains d'entre eux sont mentaux. L'anxiété peut rendre beaucoup plus difficile la réflexion sur les mots que vous allez dire, ce qui peut vous amener à vous dépasser, oubliez les mots, remplacez les mots par des mots incorrects, et plus encore. Parler doit généralement être naturel pour être clair, et lorsque vous réfléchissez trop, il n'est pas rare de trouver l'effet inverse. »

Anxiété et bégaiement ; « De même, l'anxiété peut créer le bégaiement. Le bégaiement lui-même est un trouble distinct qui peut être aggravé par l'anxiété. Mais au-delà de cela, ceux qui réfléchissent trop à leurs propres phrases et choix de mots constatent souvent qu'ils finissent par bégayer beaucoup, ce qui peut à son tour créer ce sentiment d'embarras.»

Le stress peut affecter l'apprentissage et la mémoire:  « Les chercheurs ont trouvé que le stress qui perdure, ainsi que celui à court terme qui peut durer seulement quelques heures peuvent nuire à la communication des cellules du cerveau dans les zones associées à l'apprentissage et de la mémoire. Un stress sévère qui dure des semaines ou des mois peut altérer la communication cellulaire dans l'apprentissage et la mémoire de la région du cerveau, mais cette étude fournit la première preuve que le stress à court terme a le même effet.»

L'hormone du stress a un impact majeur sur l'apprentissage «Lorsque nous nous entraînons, nous pouvons aiguiser nos sens afin d'améliorer notre performance perceptive. L'hormone du stress cortisol bloque complètement cette capacité importante. «Des recherches antérieures ont déjà montré que le stress peut empêcher la récupération des mémoires, mais nous avons maintenant découvert qu'il a également un effet majeur sur notre perception et notre apprentissage perceptuel», explique Hubert Dinse, un des auteurs de l'étude."

Le stress peut conduire à l'insomnie; «Le stress nous énerve et provoque une hyperexcitation, ce qui rend difficile le processus de s'endormir, de rester endormi et d'aggraver la qualité de notre sommeil. »

Pourquoi la panique et l'anxiété causent des problèmes de sommeil: «Les personnes souffrant de trouble panique, d'attaques de panique et d'autres troubles anxieux sont souvent sensibles aux problèmes de sommeil. Ceux-ci peuvent inclure l'insomnie (difficulté à s'endormir ou à rester endormi, ou les deux), les attaques de panique ou d'autres troubles du sommeil Étant donné que le manque de sommeil peut exacerber les symptômes d'anxiété, il est important d'essayer de traiter ces problèmes de sommeil.»

 Grincement des dents (Bruxisme) : « Le bruxisme est un problème dans lequel vous grincer ou serrer les dents inconsciemment. Vous pouvez serrer et grincer des dents pendant la journée. Ou, la nuit pendant que vous dormez (bruxisme du sommeil). Les spécialistes de la santé bucco-dentaire pointent souvent vers un stress excessif et certains types de personnalité comme causes du bruxisme. Le bruxisme affecte souvent les personnes souffrant de tension nerveuse, comme la colère, la douleur ou la frustration. Cela affecte également les personnes ayant des tendances agressives, pressées ou trop compétitives. »

Le stress provoque des tremblements; «Le stress met votre corps en mode combat fuir ou gel sur place, en accélérant la libération de certaines hormones et vous préparant à faire face au danger. Le résultat peut parfois être des mains qui tremblent intenses.»

Tremblement des mains, des jambes : «La plupart du temps, les tremblements ne sont pas le signe d'une maladie chronique. Ils peuvent être dus par exemple à un manque passager de sucre dans le sang (hypoglycémie), à la fatigue, aux émotions (angoisse, peur, colère...), à un traitement médicamenteux ou à la fièvre.»

Tics ou tremblements «Les tremblements sont une succession d’oscillations rythmées et involontaires d’une ou de plusieurs parties du corps. Ils affectent surtout les mains ou la tête et peuvent également affecter la voix. Certains types de tremblements peuvent être aggravés par le stress, la fatigue ou le froid. Ils peuvent avoir de multiples causes, comme l’anxiété, le stress, certains médicaments, certaines maladies héréditaires ou des troubles du métabolisme.»

Encopresis «Des facteurs qui créent de l'anxiété émotionnelle ou du stress chez les enfants peuvent interrompre leur routine intestinale régulière et causer de la constipation. Les événements qui conduisent au stress, comprennent les litiges parentaux, la naissance d'un frère, les défis à l'école ou le déménagement peuvent déclencher l'encoprésie chez les jeunes enfants.»

Quelle que soit la nature de vos problèmes, surtout ne leur permettez pas de gâcher votre vie.

Le principe « pas de résultat – pas de paiement » s'applique à toutes mes thérapies.

Contactez-moi pour prendre rendez-vous, dès aujourd'hui !

Avertissement : L'article ci-dessus peut contenir des affirmations qui reflètent l'opinion de l'auteur. Il est destiné à des fins d'information générale et ne constitue pas un avis psychologique ou professionnel de la santé. Je ne pose aucun diagnostic, je n'influence aucunement vos choix thérapeutiques et je n'interfère d’aucune façon avec les traitements déjà en cours.

Si vous êtes déjà suivi par un médecin ou sous traitement médical, suivez les conseils et le traitement recommandés par votre médecin. Pour toute urgence médicale, appelez le service Info-Santé en composant le 8-1-1

* Les résultats peuvent varier d'une personne à l'autre.

Hypnothérapie Somatique - 186 Sutton Pl, suite 104, Beaconsfield, Montréal, Qc