English | Français

Le stress et les maladies auto-immunes

      Le stress et l'anxiété n'affectent pas seulement la vie quotidienne. Ils peuvent également avoir un impact négatif sur la santé, particulièrement lorsqu’il est question de maladies inflammatoires et auto-immunes.

Des études sur la relation entre les émotions et la physiopathologie du système immunitaire ont impliqué le stress et l’anxiété chroniques comme des facteurs aggravants, déclencheurs, voire causaux, pour un certain nombre de maladies inflammatoires et auto-immunes, y compris l’arthrite rhumatoïde, les maladies digestives inflammatoires, le psoriasis, la fibromyalgie, le zoster, la sclérose en plaques, la thyroïdite, l’asthme, les dermatites, etc.

Cependant, il est bon de savoir que le stress et l'anxiété ne sont pas des concepts normatifs ni des maladies en soi. Bien que le stress et anxiété soient réels, aucun test de laboratoire n'est disponible pour les confirmer ou les mesurer. Pourtant, puisqu’ils sont bel et bien ressentis, ceux qui en sont affectés sont les mieux placés pour témoigner de leur présence et évaluer leur intensité.

Lorsque le stress et l'anxiété deviennent très intenses ou chroniques, ils finissent invariablement par avoir un impact négatif sur l’efficacité du système immunitaire. Puisque le système nerveux module les fonctions physiologiques, y compris le système auto-immun, et que le cerveau prend en compte l'état émotionnel dans tout ce qu'il fait, les émotions fortes finissent toujours par avoir un impact non seulement sur l'état d'âme et le comportement mais aussi sur le bon fonctionnement du système immunitaire et sur l'étiopathogénie de toutes sortes de maladies immunitaires.

Les émotions ne sont pas que des états mentaux ou des sensations corporelles. La perception contemporaine des émotions veut que les émotions soient vécues à plusieurs niveaux étroitement liés : au niveau mental ou psychologique, au niveau physiologique (ce qu’on appelle « la chimie du corps »), au niveau somatique (ce qui a trait aux sensations émotionnelles corporelles) et au niveau comportemental. Ces aspects complémentaires sont présents dans toutes les émotions humaines, même dans les plus élémentaires que sont le stress, la peur et l'anxiété.

L'étude scientifique des émotions et des changements corporels qui accompagnent une expérience émotionnelle est connue sous le nom de médecine psychosomatique et marque une ère relativement nouvelle en médecine. La médecine psychosomatique s’érige sur le fait scientifiquement prouvé que l'esprit et le corps sont des aspects intégraux de toute fonction du corps humain. Le terme « trouble psychosomatique » est utilisé pour désigner une maladie physique (somatique), que l'on pense être aggravée, déclenchée ou causée par des facteurs émotionnels. Dans une certaine mesure, la plupart des maladies sont considérées comme psychosomatiques.

Le stress chronique et l'anxiété peuvent entraîner des dysfonctions de la sécrétion du cortisol, l'hormone du stress. Des déficiences en cortisol et de l'hormone libérant la corticotrophine peuvent compromettre l'intégrité de la muqueuse gastro-intestinale, conduisant ainsi à une perméabilité intestinale pathologique connue sous le nom de « syndrome de l'intestin perméable », condition préalable au développement de maladies auto-immunes. En outre, les neuropeptides, les opioïdes endogènes et les hormones hypophysaires sont libérés au cours de l'exposition au stress et affectent les réponses immunitaires à médiation cellulaire et à médiation par les anticorps.

La sécrétion d'hormones neuroendocriniennes déclenchée par le stress conduit à une dérégulation immunitaire qui entraîne des maladies auto-immunes en modifiant ou en amplifiant la production de cytokines (un messager cellulaire impliqué dans la physiopathologie des maladies auto-immunes), en augmentant la production d'anticorps et en marquant les tissus sujets à l'autodestruction. Ainsi, puisque les maladies auto-immunes provoquent une détresse psychologique importante marquée par la douleur, la fatigue ou des limitations de la mobilité, un cercle vicieux s’enclenche.

Comme vous le savez déjà, plutôt que d'observer passivement ce qui vous arrive, votre subconscient est en fait responsable du bon fonctionnement de votre mental et de votre corps par l’entremise de mécanismes de régulation du système nerveux autonome. Lorsque vous vous sentez en sécurité et détendu, la branche sympathique du système nerveux autonome prend soin à ce que votre corps soit nourri, entretenu et guéri et votre énergie, restaurée. Chaque fois que vous faites face à une menace, c’est la branche parasympathique du système nerveux autonome qui entre en jeu. Sa réponse au stress mobilise toutes vos ressources pour vous aider à survivre, soit en combattant ou en fuyant la menace.

Lorsque la réponse à un stress intense mobilise toutes vos ressources pour vous permettre de survivre, les fonctions nourrissantes, d'entretien et d'autoréparation de votre corps subissent un arrêt brutal. Malheureusement, le subconscient ne fait de différence entre une menace réelle ou imaginaire et, au fil du temps, lorsque cette réponse au stress est déclenchée de façon répétitive par des menaces irréelles, la réponse biologique naturelle au stress finit par faire plus de mal que de bien.

À long terme, si votre corps ne peut correctement se nourrir, se reposer, s’entretenir et se réparer, les effets de l’usure chronique ne vont pas tarder à paraître et vous finirez par tomber mentalement et physiquement malade. C’est ainsi qu’en libérant le stress et l’anxiété votre corps créera une boucle de rétroaction positive dans le système nerveux autonome, rétroaction qui peut rééquilibrer les branches sympathique et parasympathique et conduire à des améliorations significatives des symptômes de maladies auto-immunes. Le degré d'amélioration que vous pouvez raisonnablement espérer en soulageant votre stress et votre anxiété chroniques dépend de la mesure dans laquelle votre état émotionnel affecte vos problèmes de santé.

Lorsqu'il s'agit d'un os fracturé, l'approche médicale standard cherche à aligner et à immobiliser l'os avant de le laisser guérir. Cette approche ancestrale fonctionne peu importe l’os duquel il s’agit et la situation dans laquelle il a été endommagé. Lorsqu’il est question de stress et d’anxiété, par contre, il n'existe pas d'approche unique. C’est pourquoi la psychiatrie, la psychothérapie, l’hypnothérapie, la programmation neuro-linguistique, l'EFT, l'art thérapie, la méditation pleine conscience, la thérapie crânio-sacrale, le yoga, la couverture gravitationnelle, des mini-chevaux et de nombreuses autres approches fondées sur des modèles très contradictoires et pourtant scientifiques constituent autant d'approches disponibles pour résoudre les problèmes émotionnels.

Quand le stress et l'anxiété deviennent chroniques, très intenses ou répétitifs, ils peuvent entraîner divers troubles émotionnels et même des maladies psychiatriques et somatiques. Selon l'American Psychosomatic Society, « il n'existe pas de maladie psychosomatique puisqu’absolument toutes les maladies peuvent être regardées de ce point de vue ».

Le stress constitue un facteur de risque qui peut aggraver la fréquence et l’intensité des symptômes de la plupart des problèmes de santé. Les suivantes maladies auto-immunes peuvent être aggravées, déclenchées ou même causées par l’anxiété et le stress.

Le stress entraîne un risque plus élevé de maladies auto-immunes. "Une nouvelle étude de l'Institut Karolinska de Suède et de l'Université d'Islande a montré que le SSPT et d'autres troubles liés au stress peuvent augmenter le risque de contracter une maladie auto-immune. Les personnes souffrant d'un trouble de stress étaient 46% plus susceptibles d'avoir une maladie auto-immune. En outre, le risque de développer trois maladies auto-immunes ou plus était plus de deux fois plus élevé chez les personnes souffrant du SSPT ( Syndrome du stress post traumatique)."

Les Allergies "Voici de l'information sur le lien entre le stress et les éternuements, la respiration sifflante et les démangeaisons ainsi que des conseils pour y remédier. Vos allergies sont suffisamment pénibles sans que le stress chronique ne vienne aggraver votre irritation et vos malaises. Avec le temps, le stress peut provoquer des changements dans votre corps et perturber votre système immunitaire. Cela peut rendre votre corps plus sensible encore aux substances qui déclenchent vos réactions allergiques et vous rendre plus vulnérable à ce qui cause ces allergies. Dans ces cas, vos symptômes d'allergie peuvent facilement s'aggraver et votre réaction allergique peut être pire que d'habitude."

Arthrite Rhumatoide  " Les chercheurs ont découvert de nouveaux liens entre le stress au travail et le risque de polyarthrite rhumatoïde: le stress est maintenant reconnu comme un facteur de risque important dans la pathogenèse de la polyarthrite rhumatoïde. Le stress prolongé peut entraîner des effets inflammatoires, car aucune réponse anti-inflammatoire adéquate à long terme n'est disponible, affirme-t-il. Contrairement à l'arthrose, la forme la plus courante de l'arthrite causée par un traumatisme ou une infection d'une articulation, la polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune dans laquelle le corps attaque lui-même."

L'asthme: Une nouvelle étude relie le stress pendant la grossesse à un risque d'avoir un enfant asthmatique. L'asthme est la plus fréquente des maladies chroniques en pédiatrie, avec près d'un enfant sur dix concerné. Bien que les causes de cette affection respiratoire ne soient pas encore élucidées, il est établi que les crises peuvent être provoquées, entre autres, par des facteurs psychologiques ou émotionnels. Et pas seulement ceux de l'asthmatique ! Deux études ont récemment mis en évidence un lien entre l'anxiété des proches de l'enfant (la mère ou le travailleur social par exemple) et le développement précoce de sifflements respiratoires chez l'enfant."

Les crises d'asthme "Les émotions fortes (contrariétés, colère, stress) peuvent déclencher une crise d’asthme, notamment à cause de l'hyperventilation qui est une accélération importante de la respiration. Une stimulation émotionnelle peut ainsi provoquer un rétrécissement du diamètre des bronches chez les personnes asthmatiques. La surexcitation et le fou rire peuvent également déclencher des crises d’asthme. L’angoisse peut modifier la perception des symptômes par le patient. Une personne inquiète aura tendance à ressentir de façon plus intense les manifestations de son asthme, ce qui la conduira à se ressentir plus essoufflée avec une fonction respiratoire peu modifiée."

Déficience du Système Immunitaire "Le stress aurait une action dont l’importance sur les mécanismes de défense de l’organisme et les ressources immunitaires n’est pas encore bien connue. Plusieurs études montrent que des personnes fortement stressées (par un décès, le chômage, le surmenage, etc ) présentent une baisse significative des lymphocytes (cellules chargées de produire les anticorps) dans le sang. C’est pourquoi le fait d’être stressé peut nous rendre plus fragiles face aux infections."

La Fibromyalgie "Le stress émotionnel semble être un élément déclencheur de la fibromyalgie chez une personne qui est déjà à risque. En outre, de nombreuses personnes atteintes de fibromyalgie ont des troubles de l'humeur (dépression trouble bipolaire), des troubles anxieux (troubles d'anxiété généralisée, le trouble obsessionnel-compulsif, le trouble de panique, le trouble de stress post-traumatique, la phobie sociale) ou des troubles de l'alimentation."

La Fibromyalgie "Les événements stressants (voire traumatisants) au cours de la vie du patient, d’un point de vue psychique (deuil, accident, perte d’emploi, traumatisme), semblerait prédisposer à la fibromyalgie. Finalement, que l’anxiété soit la cause ou la conséquence de la fibromyalgie, peu importe : elle fait de toute façon partie de la maladie. Ce qui est sûr, c’est que les deux ne font pas bon ménage et que le stress aggrave les symptômes et l’intensité de la douleur ! Si vous êtes concernés, il est donc absolument impératif de vous prendre en main et de lutter contre l’anxiété qui vous ronge."

Le Lupus "Une recherche réalisée au département de médecine de l’Université de Grenade a déterminé que le stress quotidien – qui se produit lors de circonstances qui ne sont pas graves mais très fréquentes – peut exacerber les symptômes de patients souffrant de lupus. Autrement dit, le fait de contrôler le niveau de stress de personnes touchées par cette maladie permet de réduire les effets négatifs – sensation de fatigue, perte de poids inexplicable, fièvre prolongée, douleur et inflammation des articulations – que provoque le lupus."

Psoriasis "Un stress émotionnel, un choc psycho-affectif représente des facteurs de risque importants pour l'apparition du psoriasis. La plupart du temps les poussées de psoriasis font suite à un événement stressant tel qu'une rupture, un décès, des problèmes professionnels, etc. Cependant, lorsque le stress et l'anxiété régresse, le psoriasis s'améliore."

La Sclérose en Plaques "Réduisez le stress! Tant que l'anxiété et la tension semblent aggraver les symptômes de la sclérose en plaques, on recommande souvent aux patients des mesures pour gérer leur stress. On recommande un changement du travail, de l'aide psychologique, du yoga - ou toute autre activité qui aide à se détendre."

Zona (Herpes Zoster) "A certain occasions, lorsque les défenses immunitaires baissent ou sous l'effet d'un stress psychologique ou physique (un traumatisme par exemple), le virus latent peut se réactiver et réinfecter une zone de la peau. Les causes de cette réactivation sont encore méconnues. Le zona peut survenir chez toute personne ayant déjà eu la varicelle. Toutefois, les sujets âgés ou ayant un système immunitaire affaibli  présentent un risque plus élevé de développer cette maladie."

Quelle que soit la nature de vos problèmes, surtout ne leur permettez pas de gâcher votre vie.

Le principe « pas de résultat – pas de paiement » s'applique à toutes mes thérapies.

Contactez-moi pour prendre rendez-vous, dès aujourd'hui !

Avertissement : Le contenu ci-dessus est offert uniquement à titre d'information générale et ne fournit aucun conseil psychologique ou médical. Je ne pose aucun diagnostic, je n'influence aucunement vos choix thérapeutiques et je n'interfère d’aucune façon avec les traitements déjà en cours.

* Les résultats peuvent varier d'une personne à l'autre.

Hypnothérapie Somatique - 186 Sutton Pl, suite 104, Beaconsfield, Montréal, Qc